• Le vélo comme mode de vie

    1. Le vélo 4 fois plus rapide que la marche à pied

    À chaque pas, le centre de gravité du marcheur doit s'élever pour permettre le basculement du corps d'une jambe vers l'autre. Cette élévation est gourmande en énergie.

    Quand on utilise le vélo toute l'énergie musculaire est mise à profit pour l'avancement ; c'est pour cette raison que l'on va plus vite en vélo qu'à pied, sans se fatiguer plus.

     

    2. La vitesse moyenne généralisée meilleure en vélo

    "Calculons le bilan économique d'une voiture (sans compter les hôpitaux pour les accidenté-e-s, ni le dérèglement climatique, ni les rejets de l'industrie pétrolière, etc.)

    Coût : achat, assurance, réparations, carburant, stationnement. Un autre coût, en temps : celui passé au volant et à l'entretien ? Au lieu de convertir ce temps en euro, on convertit tous les euros dépensés en un temps : la durée de travail nécessaire pour les gagner.

    Bilan : rapport du bénéfice des kilomètres par personne transportée sur le coût total converti en heures. C'est une vitesse ! "

    La vitesse généralisée, une clé pour comparer les moyens de transport. Surprise, la vitesse généralisée de la voiture est inférieure à celle du vélo : le système censé nous faire aller plus vite est contre-productif.

    Expérimentez quelques calculs et des questions sur nos choix de sociétés surgiront rapidement : "Aller travailler sans ma voiture ? " , "Réduire mon temps de travail ? " , "Et mes courses au supermarché ? " ...

    La réponse d'Ivan Illich est claire : "Entre hommes libres, des rapports sociaux productifs vont à l'allure d'une bicyclette, pas plus vite. "
    Démonstration dans Énergie et équité (Le Seuil, 1973)

     

    3. Utiliser son vélo n'est jamais une perte de temps

    Les bienfaits d'une activité physique quotidienne et modérée ne sont plus à démontrer. (système cardio-vasculaire)
    Utiliser son vélo pour se déplacer est donc rarement une perte de temps compte-tenu du gain en qualité et quantité de vie. (vivre mieux et plus longtemps)

    C'est aussi un moyen de transport amusant et convivial. (rencontres)

     

    4. La fin du pétrole bon marché

    Il reste encore beaucoup de pétrole sous terre mais celui qui reste est celui qui est le moins facile, le plus coûteux à extraire. Il y a un siècle aux États-Unis avec un baril de pétrole on avait assez d'énergie pour aller en puiser 100 ; aujourd'hui avec 1 baril on peut en puiser seulement 15 (moyenne mondiale)... (sables bitumineux : 1 pour 3)

    Il n'est jamais trop tard pour prendre de bonnes habitudes !

    Le vélo comme mode de vie

     

     

    Jacques Gamblin nous parle de sa "deux-roues" !